Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2012

Magnifique Jérôme Pradon !

critique f-x théâtre lucernaire jérôme pradon

Nous avons toujours plaisir à suivre ce comédien aux talents multiples, à la touchante sensibilité et aux choix de carrière éclectiques. Il y a quelques années, souvenez-vous, il nous avait émus dans le joli "Cabaret des Hommes Perdus". Plus récemment il a  sauvé l'interminable "Opéra de Sarah",  dans lequel il incarnait magistralement en chansons la grande Sarah Bernhardt à tous les âges de sa vie. Et depuis l'année dernière, il insuffle intelligement un peu d'épaisseur à son personnage de père potentiel dans la comédie musicale populaire "Mamma Mia !".

Depuis hier, au Lucernaire, Jérôme Pradon est "F-X", dans un monologue-confession dont l'âpreté  contraste de façon saisissante avec les pattes d'eph d'Abba... Là encore, il se donne sans réserve, et déshabille avec pudeur, au propre comme au figuré, le personnage qu'il interprète.

"Pitchons" brièvement : Comptable, homosexuel, et visiblement très mal dans sa peau, F-X consacre l'intégralité de son temps libre enfermé chez lui à se prendre en photo nu, sous toutes les coutures, exposant ses clichés sur internet, tentant par ce biais d'exorciser un mal-être dont la source semble se trouver dans une enfance difficile... C'est à l'une de ses séances de pose que le spectateur est convié. Séance durant laquelle F-X se raconte.

critique f-x théâtre lucernaire jérôme pradon

Le texte de Michael Stampe n'est pas sans intérêt. Il n'est pas non plus sans défaut. Si la qualité de plume est indéniable, percutante, si l'auteur a su construire un personnage complexe et captivant, on regrettera des passages donnant presque dans la psychanalyse de supermarché. D'autres propos, sur l'art, artificiels, maladroits, trop explicatifs et référencés, ne sont pas plus heureux.

Mail il y a Jérôme Pradon. Celui-ci a accordé toute sa confiance (et il en fallait !) à Christophe Lidon pour le guider dans l'interprétation sur le fil de cette partition à manier avec précaution. Ensemble ils ont composé un F-X dérangé, dérangeant, torturé, enfermé dans une quête de lui-même frôlant l'autisme. Comme à son habitude, l'acteur ne s'économise pas une seconde, il est tout entier F-X. Il est superbe !

Il vous faudra donc prendre la direction du Lucernaire avant le 18 février.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  logo125_27_fnac_bl.gif


Photos : Les graveurs d'estampes

Les commentaires sont fermés.