Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2011

Les angoisses drolatiques et profondes de Vincent Delerm...

critique memory vincent delerm bouffes du nord

Il fait salle comble en cette fin d'année aux Bouffes du Nord avec "Memory", un élégant spectacle  à dominante théâtrale ponctué de vidéos et de chansons, s'interrogeant, nous interrogeant, sur le temps qui passe, le temps qui reste, ce que l'on fait de notre vie, la trace que nous laisserons, les souvenirs, la mémoire... A 35 ans, Vincent Delerm ressent visiblement le besoin de regarder dans le rétroviseur afin d'avancer. Avec l'humour, la tendresse, l'autodérision qu'on lui connaît, il pose un regard à la fois espiègle, inquiet et joliment mélancolique sur l'existence.

Au coeur d'un amusant bric-à-brac d'objets vintages (du walkman à la mappmonde, en passant par le fameux rideau à lanières en plastique multicolores), agencé en collaboration avec Macha Makeïeff dont on détecte aisément la patte, accompagné d'un musicien (Nicolas Mathuriau), le chanteur devenu acteur évolue au fil de ses pensées, tantôt graves, tantôt anodines. Les premiers flirts, les modes qui se succèdent, l'amitié, la vie qui nous transforme, nos facultés à oublier... Si Delerm n'a su trouver un véritable fil narratif, on peut le regretter car il se perd parfois, il n'en demeure pas moins qu'il nous embarque totalement dans l'univers qui est le sien et que l'on apprécie tant.

La prise de risque n'est pas minime, la mise à nu courageuse, le résultat plutôt probant. C'est drôle, intelligent, travaillé, soigné, pertinent, un peu bobo mais pas trop, parisien juste ce qu'il faut, et suffisament bref pour ne pas être en boucle. 

Avec cette proposition, Vincent Delerm fait mouche, nous touche, offrant une oeuvre introspective pudique, divertissante et parlant à tout le monde.

Jusqu'au 30 décembre aux Bouffes du Nord (complet) puis en tournée. Guettez son retour dans la capitale.

Les commentaires sont fermés.