Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2012

Au Saint-Georges, la "Panik" est dans la salle...

critique panik théâtre saint-georges anthony delon

J'attaquerai cette chronique en citant une spectatrice qui, rejoignant avec empressement la sortie une fois le rideau retombé, déclara dans un état de nerfs et d'épuisement avancé : "Si j'avais été en bout de rang, je serais partie depuis longtemps !"

Et moi donc...

Comme cette dame ma foi fort sensée, je me trouvai coincé au centre de l'orchestre, vendredi dernier au Théâtre Saint-Georges, ne pouvant échapper, faute d'entracte, à l'intégralité de la représentation de "Panik", comédie poussive sur les névroses et angoisses des quadras de la gent masculine signée Myka Myllyaho, artiste finlandais que je n'avais jusqu'à présent pas le malheur de connaître. 

Le pitch. Sur le point d'être plaqué par sa femme, Léo débarque chez Max, son ami d'enfance, qui va tenter de le réconforter grâce à différentes techniques qu'il a lui-même vaguement explorées lors de ses phases de crise dont il n'est pas encore sorti. Joni, frère de Max, se joint alors à eux pour une thérapie de groupe des plus approximatives. 

Nous serons bref. Mal ficelée, fourre-tout, aux personnages stéréotypés, aux dialogues d'une pauvreté navrante, la pièce déroule tantôt clichés sur les hommes, les femmes et l'amour , tantôt exercices de psy à la petite semaine  supposés déclencher l'hilarité... Franchement raté.

Ce script des plus dispensables n'est en plus pas vraiment porté par la distribution. Eric Delcourt la joue solo, n'écoute pas ses partenaires et croit sauver la soirée en composant un personnage hystéro-cocaïno-cartoonesque allant chercher à tout prix le rire du public qui n'arrive pas (ou rarement); Anthony Delon passe un quart d'heure en caleçon, et c'est bien là le seul intérêt de sa prestation; quant à Thomas Joussier, qui signe aussi l'adaptation, il semble tout simplement avoir oublié de jouer...

Passons sur la mise en scène truffée de temps morts, de non-sens et d'approximations impardonnables dignes d'amateurs, et surtout passons à autre chose...

Vite !

critique panik théâtre saint-georges anthony delon

Commentaires

Merci pour cette critique. Il y a des soirs où on se met à détester le théâtre. Moi aussi, j'étais coincé, je n'ai pas pu prendre la fuite. Je suis d'accord à 100% avec ce que vous avez écrit. J'aurais pu écrire cette critique. Cette pièce est un cauchemard! On en viendrait presque à regréter la pièce de Ruquier de l'an passé. Non, je plaisante...

Écrit par : Philippe GILBERT | 24/01/2012

J'aime éminament, fortement, extraordinairement le Théâtre, mais avec cette pièce ce fut DOULOUREUSEMENT.

Finalement ce n'est pas une comédie dramatique, c'est dramatique !

Qu'est-ce que de pas trop mauvais comédiens sont venus fiche dans ce désepoir sans fond ?

Et ouis Mr Idée, vous portez mal votre nom car au lieu de réhausser un texte déjà pas très bon, vous n'avez eu aucune idée de mise en scène; c'est plat et sans saveur. Bref je suis très en colère d'avoir payé ma place 24 euros

Écrit par : Trabert | 27/01/2012

Les commentaires sont fermés.