Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2012

Le pistolet à bouchon de Calamity Jane...

critique calamity jane théâtre de paris clémentine célarié yvan

Auteur des célèbres et triomphales "Palmes de Monsieur Shutz", Jean-Noël Fenwick signa également au début des années 90 une comédie dramatique retraçant la vie épique de Calamity Jane. L'héroïne de la conquête de l'ouest devenue star du Wild West Show avant de mourir  dans la pauvreté fut alors incarnée par Agnès Soral. Clémentine Célarié reprend aujourd'hui le rôle dans une version remaniée mise en scène par Alain Sachs.

C'est gentillet...

D'abord parce que la pièce de Fenwick, à vouloir balayer l'intégralité de la vie de cette femme incroyablement moderne pour son époque (aventurière, indépendante, mère divorcée, remariée, artiste...), se révèle terriblement superficielle et anecdotique. Situations et personnages se voient dépourvus d'une profondeur qui leur ferait pourtant grand bien. Force est de constater que cela pêche également du côté des dialogues, d'une efficacité relative tant dans le registre de l'humour que dans celui de l'émotion. 

Ensuite parce que la mise en scène de Sachs n'est pas des plus inspirées.  Paresseuse, "carton-pâtesque", presque ringarde par moments. Evoquons un manque de rythme, des bagarres pauvrettes et mal réglées, les grotesques postiches d'Yvan Le Bolloc'h dans son deuxième rôle (incarnant un Buffalo Bill proche du Père-Noel), un cheval (un vrai, le pauvre !) dispensable qui fait trois petits tours et puis s'en va... On se croirait dans un spectacle de Savary des années 80.

Par ailleurs, bien trop souvent livrés à eux-même ou guidés dans de mauvaises directions, les comédiens ne semblent pas à l'aise, font parfois preuve d'une certaine maladresse, trafiquent grossièrement leur voix, tombent dans le surjeu, oublient une sincérité essentielle à la crédibilité de leur personnage. 

Reste la belle et forte personnalité de Clémentine Célarié, toujours juste et touchante, qui sort malheureusement les rames (une fois de plus au théâtre !) pour emporter l'adhésion d'un public certes pas hostile mais qui attend gentiment que cela se passe...

Dommage.


CALAMITY JANE Bande annonce par ARTSLIVE_ENTERTAINMENT


Commentaires

Pas du tout d'accord ! J'ai trouvé ce spectacle beau, fluide, lumineux, à la fois humoristique et émouvant. Et le dialogue n'est nullement superficiel, à moins que par machisme on considère que le fait qu'une femme soit écartelée entre ses aspirations à l'aventure et son devoir de mère et qu'elle en parle, par exemple, soit superficiel ! Anecdotique ? Oui, ça peut-être, puisque toute légende repose sur des anecdotes, des instants de vie. Mais où est le défaut au théâtre?

Pour ce qui est de la mise en scène et de l'interprétation (évidemment qu'ils truquent parfois leurs voix : chacun joue plusieurs personnages !) et de l'humour, je ne partage pas votre goût. D'ailleurs quand, pour être négatif, vous faites référence au Savary des années 80, eh bien les lecteurs apprécieront : Savary, dans les années 80, c'était formidable!

Et pourquoi ne signez-vous pas?

Jessica Onzlagur

Réponse de fousdetheatre.com : Chère Jessica, ravi que vous ayez passé une bonne soirée. Pour répondre à votre question, étant le seul rédacteur de ce blog, il ne me paraît pas indispensable de signer tous mes articles, mon nom (et ma photo !) figurant sur la bannière d'accueil du site. A bientôt peut-être. Thomas

Écrit par : Onzlagur | 02/02/2012

Oui, bon, les goûts et les couleurs on peut en discuter, chacun a son goût, mais quand on constate une telle différence entre ce que dit un critique et ce qu'on ressent soi-même, on n'est plus très incitée à se baser sur ses avis ni à revenir sur le blog. Enfin, je verrai dans quelques temps. Je reconnais cependant que sur Rose avec Judith Magre nous partageons le même enthousiasme.
Une dernière chose constatée, car cette fois j'ai lu toutes celles de janvier, même celles de spectacles qui ne m'attirent pas : faire une critique ce n'est pas descendre en flammes ce qu'on n'aime pas. Il n'y a aucune raison d'être cruel. Sévère, pas séduit, déçu, bien sûr en disant pourquoi ça n'est pas sa tasse de thé, oui c'est la mission du critique. Mais cruel, non. Donc, tout bien réfléchi, je vais oublier ce blog.
Dommage. Le net et les blogs théâtre, c'est très utile.

Jessica Onzlagur

Écrit par : Jessica | 03/02/2012

J'ai bien ri en lisant votre critique à laquelle j'adhère à 100%!
Ha non pardon à 90% uniquement car j'avoue ne pas avoir eu votre patience et n'ai pas attendu que cela passe: après 1h15 de mauvais jeu, de dialogues vides et de mise en scène de spectacle de fin d'année...j'ai quitté la salle (sans regret ni mauvaise conscience!). A bientôt. Julie

Écrit par : Julie | 08/02/2012

Bon, j'adore Clémentine Celarié, autant dire que je partais avec un très bon a priori... Mais j'avoue être complètement d'accord avec Thomas : la pièce n'a pas de souffle, la salle était muette, pas de rires (encore moins de larmes), et finalement assez peu d'intérêt. C'est dommage car on sent une réelle bonne volonté des comédiens mais là ... Non

Écrit par : Noé | 10/02/2012

Je suis d'accord avec Thomas.
J'aurais tellement voulu faire comme Julie et m'enfuir... Mais nous étions en plein milieu du carré d'or.
Je ne critique pas les comédiens pour qui j'ai eu de la peine. Même avec la meilleure volonté du monde, il n'aurait rien pu faire avec ce texte et cette mise en scène...et aussi, ne l'oublions pas, l'inutile cheval.

Sidonie

Écrit par : Sidonie | 21/02/2012

Je suis aussi d'accord avec ce qu'écrit Thomas.
J'ai trouvé ce spectacle bien fade.
Heureusement qu'il n'y a pas d'entracte... je ne serai pas revenue en deuxième partie.
Et signe que le public ne suit pas... la salle était à moitité vide ...

Isabelle

Écrit par : Isabelle | 16/03/2012

Les commentaires sont fermés.