Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2012

Boujenah comme un poisson dans l'eau chez Woody Allen...

critique après tout si ça marche théâtre marigny michel boujenah, nora arnezeder, cristiana reali

La grande salle du Marigny achève sa saison avec un spectacle populaire de belle facture. Créé au Théâtre National de Nice le mois dernier, mis en scène par Daniel Benoin son directeur, "Après tout si ça marche" est l'adaptation du film de Woody Allen "Whatever Works". Si cette comédie de moeurs parfois maladroite et souvent improbable est loin de faire partie des chefs d'oeuvre du réalisateur, elle n'en contient pas moins des situations et des dialogues plutôt amusants, propices à des séquences théâtrales somme toute efficaces. Transposant action et personnages new yorkais dans la capitale française, le metteur en scène a su préserver la saveur et l'esprit des répliques Alleniennes.

Comme dans la quasi totalité des oeuvres de l'ami Woody, le héros de l'histoire n'est autre que son double. A savoir un quinqua angoissé et névrosé. Ici, sa vie va basculer lors de sa rencontre avec une jeune provinciale de quarante ans sa cadette qu'il finira par épouser... Les thèmes abordés sont nombreux. Différence d'âge dans le couple, épanouissement au sein de celui-ci, poids du regard de la société sur notre vie et nos envies, acceptation de sa sexualité, qu'est-ce qu'une histoire d'amour ?...

Michel Boujenah incarne avec justesse, sobriété et délectation ce dépressif suicidaire. Il se régale de ses répliques autant emplies de gravité que d'un humour souvent grinçant et dévastateur. Face à lui, la jeune Nora Arnezeder tente de faire oublier un manque évident de technique théâtrale par une fraîcheur et une candeur séduisantes. Elle n'y parvient malheureusement pas toujours. Autour d'eux une multitude de seconds rôles dont on profite trop peu. Evoquons Cristiana Reali, impeccable en mère de Nora Arnezeder (bien qu'encore un peu jeune, selon nous...), se découvrant, après un divorce et une vie de femme au foyer catholique pratiquante de province,  une âme d'artiste parisienne branchée adepte du ménage à trois... Très drôle. La pauvre Charlotte Kady doit pour sa part se contenter de deux modestes scènes, endossant tour à tour et non sans talent les rôles de l'ex, puis de la future femme de Michel Boujenah. Eric Prat, Clément Althaus, Jacques BellayMatthieu BoujenahPaul Chariéras et Jonathan Gensburger, s'ils ne déméritent pas, n'ont guère plus à se mettre sous la dent. Dommage.

La mise en scène de Daniel Benoin, simple et intelligente, fait preuve d'une belle fluidité cinématographique. Désireux de conserver la quasi totalité des séquences du film original, il fait fonctionner à plein régime la machinerie du théâtre afin de passer en un temps record d'un lieu à un autre. Pour ce faire, la scénographie de Jean-Pierre Laporte se révèle pleine d'astuces.

Cette plaisante comédie devrait séduire le plus grand nombre, sans toutefois laisser un souvenir impérissable.

Pourquoi pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  logo125_27_fnac_bl.gif

Commentaires

Je ne m'attendais pas à être si agréablement surpris pas l'adaptation théâtrale en français du film de Woody Allen, un texte caustique et réfléchi. Les comédiens servent efficacement la pièce malgré de nombreux sur-jeux de Christiana Reali. Michel Boujenah sort du lot. Agréable moment de théâtre.

Écrit par : Spectatif | 26/05/2012

Les commentaires sont fermés.