Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2012

Colombe ou Alouette, Sara Giraudeau excelle chez Anouilh...

 Capture d’écran 2012-06-01 à 08.21.15.png

Souvenez-vous. Du même auteur, la fille d'Anny Duperey et Bernard Giraudeau avait été il y a deux ans une superbe Colombe. Elle se révèle en cette fin de saison une Alouette intense et touchante dont la candeur et la douceur n'ont d'égal que la force et le courage. Superbe dualité de cette Jeanne D'Arc réinventée par Jean Anouilh au coeur d'une oeuvre surprenante, souvent drôle, profondément humaine, retraçant la courte existence de la pucelle d'Orléans, de l'enfance au bûcher, son procès en fil conducteur.

Au delà de l'Histoire et du grand portrait de femme qu'il se plait à nous proposer, l'auteur compose  un éloge du courage, de la sincérité, se moque du pouvoir, malmène le politique, titille l'Eglise, dénonce les hypocrisies de l'homme, ses lâchetés, ses préjugés... Les situations sont fortes, les scènes vivantes, modernes, enlevées. les personnages formidablement pensés, parfois délicieusement décalés,  la langue exquise. 

 Capture d’écran 2012-06-01 à 10.49.03.png

Pour donner vie à cette fresque, Christophe Lidon, metteur en scène, a entouré Sarah Giraudeau de neuf talentueux acteurs. En tête Davy Sardou, jovial et pétillant, qui campe un Charles VII jouisseur et peu désireux de guerroyer pour accéder au pouvoir. Impayable ! Joel Demarty, incarnant le capitaine Baudricourt, nous réjouit  pour sa part dans sa composition de ce solide gaillard un peu niais, incapable de résister à notre héroïne. La belle, venue lui demander cheval et armure, l'embobine en deux temps trois mouvements. Savoureux moment ! Stéphane Cottin encore, est un Warwick plein de fantaisie. Mais citons les tous, car aucun ne démérite  : Olivier Clavery, Marie-Christine Danède, François Dunoyer, Jacques Fontanel, Maëlia Gentil et Bernard Malaka.

Auteur, interprètes et metteur en scène se sont donc réunis pour nous offrir un spectacle de fort belle facture, intelligent, plein d'esprit, drôle et poignant. Nous nous permettrons toutefois d'émettre une réserve à propos des vidéos habillant l'immense rosace surplombant le plateau. Celles-ci frôlent en effet parfois dangereusement le kitsch, contrastant violemment avec les élégants costumes de Pascale Bordet, ce qui est un peu dommage.

Au théâtre Montparnasse jusqu'à la fin juillet.

A voir.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Capture d’écran 2012-06-01 à 10.48.00.png

Photos : Lot 

Commentaires

Merveilleux texte,

interprétation pleine de sensibilité et d'humour, profondeur et drôlerie

Merci à tous pour ce délicieux moment de théatre,

Orléans le 19 octobre 2012

Écrit par : Laurence de Chanaleilles | 19/10/2012

Les commentaires sont fermés.