Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2012

Délectable "Plaisir" à la Pépinière... Jusqu'au 18 août !

critique le plaisir pépinière théâtre

De Crébillon Fils, auteur du XVIIIème, vous connaissez très certainement "La Nuit et le Moment", Elégant, amusant, délicieux, spirituel  et sensuel dialogue libertin maintes fois donné sur scène. On se souvient, entre autres, de Francis Huster il y a quelques décénies, au Français puis au Marigny ; de Nicolas Briançon plus récemment. Gageons que ce "Plaisir", montage de textes moins entendus du même auteur, dotés de qualités littéraires et théâtrales identiques, saura sur le même ton vous faire passer un moment exquis.

Pour ce faire, Eric-Gaston Lorvoire, responsable de cet assemblage ainsi que de la mise en scène, a soigné tous les détails. Ils les maîtrise d'ailleurs à la perfection puisque le spectacle est une reprise de reprise... La scénographie de Pierre-Yves Leprince nous transporte avec simplicité dans l'intimité de la chambre à coucher. Elle est bordée d'une douce lumière que des bougies viennent, de temps à autres, sublimer. Une ravissante violoncelliste illustre avec grâce les saynètes qui nous sont offertes, et les cinq comédiens de la distribution s'emparent avec intelligence et gourmandise d'une partition aussi drôle que polissonne.

Ainsi, Julie Judd et Fanny Gilles prennent-elles les traits de jeunes filles perdant  l'innoncence de l'enfance, découvrant leur corps, s'initiant par la même occasion au plaisir saphique. Le charmant Guillaume Cramoisan est aussi beau parleur qu'irrésistible séducteur, Jean-Marie Galey incarne un mari moins jaloux qu'on ne pourrait le craindre, à l'extravagance et à l'ambiguité réjouissantes. Françoise Pavy, enfin, est une mère délivrant à sa fille, au lendemain de sa nuit de noces, un astucieux mode d'emploi de l'épouse idéale et de la femme épanouie... Ils sont tous formidables et manient avec brio une langue extrêmement sophistiquée.

La force du spectacle réside dans le fait que jamais il ne tombe dans la vulgarité. Eric-Gaston Lorvoire sublime la langue de Crébillon en nous donnant à voir des images aussi raffinées que le propos. Il fait travailler avec habileté l'imaginaire du spectateur. 

Cette petite heure et quart de spectacle se révèle un véritable régal pour les yeux et l'esprit.

Allez-y !

A la Pépinière jusqu'au 18 août.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

critique le plaisir pépinière théâtre

Photo : Arenok

10:43 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : critique le plaisir pépinière théâtre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Un texte dans le pur style du libertinage, une mise en scène astucieuse. Julie Judd et Fanny Gilles (brillante) jouent avec la légèreté et l'espièglerie nécessaires. Françoise Pavy et Guillaume Cramoisan les entourent efficacement. Seul le rôle du Comte ne semble pas convenir, tirant vers le burlesque ce qui devrait rester tout en finesse. Ce décalage avec les autres personnages dénote et empêche le spectacle d'être dans l'élégance permanente attendue. Vraiment dommage car sans ces simagrées, le plaisir de voir "le plaisir" serait tout à fait au rendez-vous.

Écrit par : Spectatif | 17/06/2012

Les commentaires sont fermés.