Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2012

Une comédie anglaise totalement hystérique !

Capture d’écran 2012-09-28 à 10.28.30.png

Au Petit Saint-Martin, Marianne Sergent fait un retour tonitruant sur les planches en incarnant Doris Wallis, une journaliste people aux chroniques fielleuses et assassines, cocaïnée et alcoolisée à outrance. Issue de l'imagination de Ben Elton, auteur anglais dont nous avions découvert il y a une quinzaine d'années le tarantinesque "Pop Corn" au La Bruyère, "Doris Darling" est l'improbable peinture au vitriol d'un show biz parfois pathétique et décadant, mise en scène et interprétée avec les mêmes excès... Surprenant, déconcertant, mais souvent horriblement drôle.

Surgissant de son dressing affublée d'une de ses innombrables tenues  excentriques, Doris dévale son grand escalier en forme de talon aiguille , le nez enfariné, pour martyriser comme chaque matin son assistante-esclave sans qui elle ne pourrait rien faire. Attendue au tribunal par une actrice lui intentant un procès suite à l'un de ses virulents papiers, elle tente d'expédier ses rendez-vous. Entre le vieux garçon un peu nunuche qui lui sert de comptable  et  un paparazzi-patron de presse venu la débaucher, elle doit gérer son toy boy et dealer brésilien surexcité, sans oublier d'avancer sur ses projets d'émission télé au goût douteux... Mais la journée ne va pas tout à fait se dérouler comme elle l'entend...

En réjouissante synthèse de Patsy et Edina (héroïnes sans limite de la série "Absolutely Fabulous"), Marianne Sergent décoche ses flêches acérées à toute allure, portant brillamment une intrigue loufdingue à souhait aux répliques saignantes, trashes, savoureuses, et aux retournements de situations efficaces. Ses partenaires incarnent avec rigueur d'amusantes caricatures proches du cartoon. Amélie Etasse fait des merveilles en souffre douleur timide et consentante, Thierry Lopez est un objet sexuel décérébré plus vrai que nature, Eric Prat endosse avec une plaisante fantaisie son rôle de comptable. Yannick Laurent, enfin, campe avec malice le pro de la presse à scandale.

La mise en scène de Marianne Groves, bien allumée, se révèle aussi inventive qu'explosive. Musique et vidéoprojections occupent une place intelligente et importante  dans ce tableau psychédélique que le spectateur a lui-même parfois l'impression d'observer sous substance... 

D'abord interloqués par cet objet théâtral un peu particulier, nous nous sommes petit à petit laissés séduire par le délire général, et la soirée fut au final des plus divertissantes.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

 

Commentaires

Dé-li-rant ! Une pièce originale au burlesque totalement déjanté, écrite avec les crayons de l’humour noir (les dialogues caustiques et ravageurs sont sans doute passés au décapant). La distribution s'amuse autant que nous et nous ravit, autour de Marianne Sergent pêchue et remarquable. Les rires fusent, le plaisir explose. Un fichu bon moment !

Écrit par : Spectatif | 06/10/2012

Les commentaires sont fermés.