Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2012

l'euphorisante et envoûtante danse de mort de Bartabas...

Capture d’écran 2012-11-04 à 14.32.53.png

Ce week end, la dernière création de Bartabas attaque sa seconde saison au Théâtre Equestre Zingaro du Fort d'Aubervilliers. Inspiré des rituels funéraires mexicains, "Calacas" fête les morts au son des chinchineros pour mieux célébrer la vie à travers une succession de tableaux pour la plupart sublimes, magiques, oniriques, surprenants, enivrants et hypnotisants. A voir absolument.

critique calacas bartabas zingaro

A chaque spectacle, en plus d'explorer de nouveaux univers, le maître des lieux innove dans la mise en forme de ses propositions. Cette fois-ci, il a choisi de placer le spectateur au coeur d'une double piste afin de l'immerger dans son carnaval funèbre. La première, traditionnelle, se trouve au centre du théâtre. La seconde, en hauteur, fait le tour des gradins.  On la devine d'abord, à travers des tentures élégamment sculptées et ajourées, pour de superbes jeux d'ombres et de lumières avec les animaux. Elle apparaît ensuite intégralement. Le résultat est saisissant. 

Accueilli par une population de squelettes (marionnettes ou artistes costumés et masqués), le public ne côtoiera de "vivant", en dehors des musiciens, que les chevaux qui accompagnent ces être d'os dans l'au delà, évoluant tantôt dans le royaume des âmes et de l'éternel, tantôt dans celui des mortels. Au rythme de la fanfare, les numéros de voltige se tranforment en extraordinaires chorégraphies aériennes. Les cavaliers décollent de la piste pour rejoindre leurs montures, les quittent pour survoler l'auditoire avant de les retrouver... Nous garderons longtemps en mémoire l'incroyable danse  saccadée d'un équidé semblant lui aussi devenu squelette (travail magistral !), et encore les fabuleux galops en liberté, au dessus de nos têtes, pleins de vie, d'énergie... Quelle bouffée d'oxygène !

critique calacas bartabas zingaro

Comme d'habitude, l'ensemble, magnifiquement éclairé, laisse sans voix tant la réalisation se révèle irréprochable et l'esthétique d'une poésie rare. Nous regretterons simplement une ou deux redites au cours du spectacle qui lui font perdre un peu de sa densité, ainsi qu'une fin trop séquencée qui nous empêche d'être emportés totalement par l'émotion.

Mais on chipote... Il faut courir à Aubervilliers !

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif


Calacas - Zingaro aux Nuits de Fourvière 2012 par NuitsdeFourviere


Photos : Agathe Poupeney / PhotoScene.fr

17:13 Publié dans Critiques, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : critique calacas bartabas zingaro | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.