Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2012

Une comédie aussi réjouissante qu'émouvante...

Capture d’écran 2012-11-10 à 10.43.14.png

Heureuse surprise que cette pièce d'Anthony Michineau, au sujet fort et original, astucieusement construite, à l'écriture on ne peut plus soignée, aux dialogues délectables, portée par deux interprètes (dont l'auteur) impeccables et une mise en scène toute en douceur, simple et gracieuse. Pour un moment drôle, poétique, tendre et poignant.

critique gueule d'ange théâtre des béliers parisiens

L'histoire de "Gueule d'Ange" est la suivante. Laurent, auteur célèbre,  trentenaire et déjà veuf, peine à surmonter la douleur infligée par ce drame survenu huit mois plus tôt, cumulant les aventures sans lendemain. Un soir, dans la rue, il rencontre Marie, jeune et jolie prostituée au langage argotique du début du siècle dernier, qui prétend être un ange missionné pour lui redonner goût à la vie. En l'invitant, en l'obligeant à un jeu de rôle au cours duquel l'un et l'autre, composant des personnages, devront se séduire, se découvrir et  tisser une véritable relation, cette envoyée très spéciale atteindra-t-elle  ses objectifs ? Et l'ange ne serait-il pas plus humain qu'il ne veut bien le dire...? 

Dans le rôle de Marie, la pétillante Ariane Mourier se révèle aussi juste en fille de joie des années trente tombée du ciel qu'en demoiselle bien sous tous rapports du vingt-et-unième siècle. La partition n'est pourtant pas des plus évidentes. Sa gouaille reste authentique, sans excès, tandis que son regard malicieux et son sourire enjôleur  font mouche sur le public comme sur son partenaire. Partenaire à l'écoute et à la sincérité admirables. Anthony Michineau campe un Laurent intense dont les blessures ont quelque-chose d'universel et parlent à chacun. Très beau travail. Tous deux affichent une complicité évidente, enthousiasmante, touchante et nous embarquent sans difficulté dans cette fable délicate sur la vie qui continue et l'amour qui rejaillit.

Nous l'évoquions en introduction, la mise en scène de Romain Thunin accompagne subtilement le propos dans un souci de fluidité, de légèreté, de mise en valeur du texte et des artistes. Scénographie minimaliste. Eclairages travaillés. Musique appropriée. Bravo.

Excellente programmation des Béliers Parisiens.

Allez-y !

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

critique gueule d'ange théâtre des béliers parisiens

Photos : Emmanuel Donny

Les commentaires sont fermés.