Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2012

Les belles propositions du Carrozzone Teatro...

critique dans les chaussures d'un autre carrozzone teatro lucernaire

Peut-être faites-vous partie de ceux qui contribuèrent au succès mérité de "La Naïve", présentée par cette jeune compagnie franco-italienne à Paris et à Avignon depuis deux ans. Au Lucernaire, la même équipe propose une nouvelle tragi-comédie de Fabio Marra, auteur-acteur-metteur en scène et chef de troupe. "Dans les chaussures d'un autre" traite de la quête d'identité de deux frères et de leur capacité à trouver le bonheur dans une société imposant bien souvent ses règles du jeu. Beau travail. A la fois drôle, touchant, et délicieusement italien...

Ce sont donc les destins croisés d'Eduardo et Giovanni, que l'on nous conte ici. Le premier désire ardemment un enfant, mais son épouse Carlotta refuse d'envisager la chose, ne souhaitant en aucun cas sacrifier sa carrière, malgré les promesses d'Eduardo de jouer les pères au foyer. Le second est rongé par l'envie, le besoin d'être femme, mais ne peut s'y résoudre, nie l'évidence, et tente de sauver le couple qu'il forme avec Lucia qui ignore tout. Pour l'un, comme pour l'autre, il sera difficile de tracer son chemin.

Au fil des créations, Fabio Marra confirme ses talents d'auteur et affirme un style, mêlant habilement les répliques les plus légères aux situations les plus intenses. Il maîtrise l'art de  plonger ses personnages, en questionnement permanent, à fleur de peau, dans une urgence psychologique et une alacrité narrative qui fait sa marque de fabrique. Quelque part aux frontières de Feydeau, Tchekov, et Woody Allen. Ses mises en scène en sont le séduisant reflet.

En plus d'une rigueur d'exécution exemplaire, chacun des membres de la distribution offre une superbe épaisseur à sa partition. Dans la tourmente, Fabio Marra et aurélien Gomis (Eduardo et Giovanni) exposent leurs doutes et souffrances avec intensité et conviction, mais n'oublient pas de nous faire sourire en se chamaillant "Alta voce". Les mains sont expressives... Comme confidente de Giovanni, Sonia palau, dont la sincérité et la sensibilité nous avaient déjà conquis dans "La Naïve", campe un transsexuel étonnant de réalisme. Exercice ultra délicat réalisé avec subtilité. Chapeau ! Estelle Dehon est pour sa part une Lucia rayonnante, tandis que Valérie Mastrangelo dévoile une Carlotta glaciale et glaçante. Parfaites toutes les deux. Georges d'Audignon, enfin, joue un père tentant, comme il peut, de comprendre son fils devenu femme. Palpable et communicative, son émotion atteint le spectateur.

Plaisant jusque dans sa scénographie, soigneusement étudiée et d'une appréciable créativité, ce spectacle évoquant les difficultés de l'homme à trouver sa juste place et à assumer qui il est saura très certainement s'attirer les faveurs d'un aussi large public que les précédents.

En tous les cas, il le mérite.

Alors n'hésitez pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

critique dans les chaussures d'un autre carrozzone teatro lucernaire

Photo : Stéphanie Benedicto

Commentaires

Pièce superbe mais spectacle moyen : La distribution sans doute inégale (malgré une merveilleuse Carlotta) et l'excès de noirs/jeux (pas toujours en place de surcroit). Sympa tout de même mais bon...

Écrit par : Spectatif | 08/12/2012

Les commentaires sont fermés.