Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2013

Gagnez vos places pour découvrir l'improbable et irrésistible histoire vraie de la cantatrice qui chantait faux...

colorature affiche ok.jpg

Nul ne devra passer à côté de ce spectacle proposé depuis la semaine dernière au Ranelagh. D'abord parce qu'il est d'excellente facture, cocasse et touchant, porté par deux interprètes formidables. Ensuite parce qu'il met en lumière l'hallucinant parcours lyrique de cette riche américaine sérieusement toquée, Florence Foster Jenkins, qui dans les années trente, convaincue de posséder l'oreille absolue et un timbre admirable, entreprit de se produire en public et connut un succès phénoménal grâce à l'épouvantable fausseté de sa voix, le beau monde accourant en masse afin de se moquer d'une tare dont elle n'avait conscience.

Vingt ans après la mort de la "diva", c'est son pianiste, accompagnateur qui lui fut fidèle durant ces douze années de "carrière", qui narre l'aventure. De leur rencontre, au cours de laquelle il n'en crut ses oreilles sans oser lui dire la vérité car il avait besoin d'un job, à leur premier récital de bienfaisance. De l'enregistrement d'un disque à l'ultime triomphe du Carnegie Hall. Avec une certaine tendresse et un brin de nostalgie, Cosme Mac Moon, c'est son nom, évoque la folie douce de la Castafiore, leurs séances de travail, mais aussi la façon dont le public se délectait de ses couacs en riant sous cape, et comment il parvint à protéger Mrs Jenkins en la maintenant jusqu'au bout dans l'illusion...

L'auteur anglais Stephen Temperley signe un livret subtil, d'une drôlerie imparable, empli d'humanité, dont il se dégage un climat doux amer assez prenant. Stéphane Laporte, adaptateur, a su dans notre langue en retranscrire toutes les couleurs. Une bien belle partition, plus complexe qu'il n'y paraît, qu'il fallait confier à des comédiens expérimentés.

Et cela tombe bien. Remarquablement dirigés par Agnès Boury, Agnès Bove et Grégory Baquet révèlent l'étendue de leurs talents dans un jeu  sincère, rigoureux, efficace, mais jamais caricatural. L'impayable aplomb que la première insuffle à celle qu'elle incarne, la brillante sobriété avec laquelle elle entonne et massacre les plus grands airs, mais aussi le mal-être qu'elle laisse transparaître lorsqu'elle semble percevoir les rires de l'assistance, réjouissent et émeuvent. L'élégante mélancolie dont le second habille son personnage, pansant tant bien que mal au fond d'un piano bar les blessures d'une vie de musicien ratée, ce regard à la fois lucide, narquois et bienveillant posé sur le passé qu'il distille au fil de la représentation, la profondeur avec laquelle il habite ses remords et regrets, ses silences enfin, séduisent et convainquent tout autant.

Très beau moment de rire et d'émotion.

FousdeThéâtre.com et le Théâtre du Ranelagh vous invitent à la représentation du mercredi 20 février prochain. 5X2 places sont en jeu. Pour les remporter, il vous suffit de faire partie des 5 plus rapides à répondre à la question suivante :

Comment s'appelle la cantatrice qui chantait faux ?

Envoyez votre réponse, accompagnée de vos coordonnées complètes, à :

concours@fousdetheatre.com

Et les gagnants sont : Aline G. Sylvain S. Jean-Claude O. Charles P. Ariane P.

Bravo à eux !

Commentaires

Tout à fait d'accord: un très joli moment, avec toutes les qualités que vous dites. Le plaisir qu'ont à jouer ensemble les deux acteurs est palpable. Je serais juste plus réservée pour la texte français: je trouve qu'il "sent la traduction", que le traducteur n'a pas vraiment travaillé sur la fluidité et le rythme du français, il comporte des ruptures et ne facilite pas la tâche aux acteurs... qui n'en ont que plus de mérite. La composition d'Agnès Bove est d'une belle profondeur...

Écrit par : anne | 13/12/2012

Vu en Avignon, cet été........ TRES beau!!!!

Écrit par : Michel | 28/12/2012

J'ai passé une très bonne soirée en compagnie de Florence Foster jenkins, et de son pianiste Cosme Mac Moon, remarquablement interpétes par Agnès Bove qui chante faux avec beaucoup de talent pendant presque toute la pièce, et son pianiste Grégori Baquet. Il y a beaucoup de tendresse pour les personnages dans cette pièce, et si on rit beaucoup, il y a aussi de l'émotion à la fin du spectacle.
Merci à "Fous de théâtre" pour les invitations

Écrit par : Jean-Claude | 21/02/2013

Charmant et impressionnant. A la fois douce, tendre et caustique, cette histoire (vraie) qui nous est jouée magnifiquement par Agnès Bove et Grégori Baquet nous captive et nous émeut. Les rires fusent et cachent la gène, l'inquiétude et l'angoisse du pianiste, auquel on ne peut s'empêcher de s'identifier, d'assister au plantage magistral qu'il redoute tant. Techniquement, c'est une performance que de croiser ainsi des chants justes et faux sans se casser vraiment la figure. Avec l’enthousiasme des artistes et une mise en place réussie, le public est conquis. Une petite perle dans la saison à ne pas manquer.

Écrit par : Spectatif | 05/04/2013

Les commentaires sont fermés.