Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2012

Le club des perruqués déviants de Jonathan Lambert...

Capture d’écran 2012-12-22 à 14.35.32.png

Jusqu'au 31 décembre à la Cigaleavant de jouer les prolongations fin février au Marigny, l'humoriste-comédien présente "Perruques", son second one man show. Si la galerie de personnages (cousins de ceux croisés sur le petit écran ou à la radio) est souvent savoureuse, sacrément gratinée, et le garçon incontestablement très doué, le spectacle pêche par la faiblesse de textes vite écrits qui n'osent pas toujours assumer et explorer pleinement le côté malsain ou détraqué des protagonistes. Cela pourrait être plus grinçant, plus trash, plus noir, plus dérangeant. 

Dès qu'il surgit des coulisses, Jonathan Lambert, bien sage et réservé en dehors du plateau, fait preuve d'une réjouissante folie créatrice. Il libère un corps qui donne formidablement vie aux effroyables créatures qu'il a conçues, tour à tour pathétiques, libidineuses, perverses, désespérées, désespérantes... Ses compositions sont épatantes. De l'inénarrable et sautillant animateur de supermarché, Jean-Guy Badiane, à Damien Baizé, obsédé sexuel à lunettes "cul de bouteille" bavant en permanence, enfermé dans une cave d'hopital psychiatrique parce que sautant sur toutes les femmes. Du marin pêcheur cherchant l'âme soeur dans une télé-réalité ("L'amour est dans la praire") à la cougar. De l'entrepreneur usant et abusant d'enfants en Asie au mannequin de main... Ils ont tous un grain, plus ou moins gros, plus ou moins grave, plus ou moins inquiétant.

Avec pour seuls éléments de transformation une petite douzaine de perruques, L'artiste offre donc une prestation de qualité, malicieuse, surprenante, rythmée, souvent drôle bien que parfois paresseuse ou timide textuellement parlant.

Alors, même si c'est un peu court, nous sommes plutôt clients de cet énergumène révélé par la chaîne Comédie il y a maintenant une quinzaine d'années.

Pourquoi pas.

16:44 Publié dans Critiques, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : critique jonathan lambert perruques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.