Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2013

Des "Instants Critiques" enchanteurs à la Pépinière...

Capture d’écran 2013-01-11 à 14.23.29.png

La carte blanche de six mois que la Pépinière Théâtre eut la bonne idée de proposer à François Morel démarre merveilleusement avec la reprise de ces "Instants Critiques" créés en province il y a un an et demi. L'artiste met ici en scène ses anciens comparses des Deschiens, Olivier Saladin et Olivier Broche, qui donnent à entendre les échanges, les joutes oratoires passionnées et souvent impayables des journalistes cinéma Georges Charensol et Jean-Louis Bory survenues au cours des enregistrements du mythique "Masque et la Plume". Un bonheur absolu à plus d'un titre.

D'abord parce que le spectacle nous offre un voyage fabuleux et éclectique au coeur du septième art des années 60-70, nous baladant de Godard à Oury, de Pasolini à Demy, de Lautner à Truffaut, de Rohmer à Bergman, de Coppola à Oshima, permettant une gourmande révision de longs métrages inscrits dans la mémoire collective. 

Ensuite parce que ces conversations animées, d'une grande théâtralité, aux arguments tour à tour convaincants, grandiloquents ou d'une mauvaise foi totale, se révèlent un malicieux et truculent "hommage" au métier de critique, et par ricochet une belle incitation au débat. Personne n'éprouvant la même émotion devant une oeuvre d'art, la multiplicité et la confrontation de nos subjectivités nous enrichissent.

Parce que les deux acteurs sont exceptionnels, dévoilant deux faux adversaires, véritablement complices. Le bougonnant Saladin (Charensol) nous réjouit de ses coups de gueule, de ses envolées outrancières assez conservatrices (artistiquement parlant), tandis que Broche (Bory), en amoureux d'un cinéma moins spectaculaire, porteur de messages, adepte de la Nouvelle Vague, compose un intello frêle et un brin maniéré aux démonstrations quelquefois capilotractées tout aussi savoureux. Nous ne saurons dire si les copies sont fidèles aux originaux (nous n'étions à l'époque pas en âge de les entendre), mais ce duo clownesque fonctionne formidablement.

Parce que la mise en scène, enfin, est une réussite. Truffée de surprises, tendre, poétique. François Morel a choisi d'éloigner ces personnages des ondes radiophoniques pour les asseoir dans un vieux cinéma de quartier comme nous n'en trouvons plus, où l'on vend des esquimaux, et dans lequel une charmante ouvreuse, pianiste et chanteuse, assure quelques intermèdes musicaux inspirés des bandes originales des films évoqués. Entre deux empoignades de Guignol et Gnafron, Elle chante "La ligne de chance" de "Pierrot le Fou". A trois ils se lancent dans la chorégraphie de "Bande à Part". Un peu plus tard Broche et Saladin tenteront une version très personnelle des "Parapluies de Cherbourg"... Irrésistible. 

Ne passez pas à côté de ce fort beau moment.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Commentaires

Les joutes oratoires des deux critiques cultes du Masque nous sont servies par de très beaux moments de théâtre. C'est drôle, intelligent, instructif. Avec le charme presque poétique des clins d’œil faits au passé de cette émission. Très bien joué, dans une mise en scène astucieuse des textes, ce spectacle vraiment très réussi !

Écrit par : Spectatif | 13/01/2013

Je découvre ce blog et me régale, merci! Ca me permet de compléter ma liste de spectacles à voir avec Le Dindon et Instants Critiques notamment. Et ce petit moment de Ruy Blas est délicieux, merci aussi!
De mon côté je recommande 2 pièces en ce début d'année: Le "porteur d'histoires" au studio des champs-élysées: un voyage dans le temps, ambiance cinématographique sous nos yeux. Et "le roi nu" au théâtre des béliers, pièce d'Evgeni Schwartz déjantée et poétique avec une mise en scène simple mais efficace.

Écrit par : constance | 13/01/2013

Les commentaires sont fermés.