Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2013

Les truculentes "Pâtissières" de Jean-Marie Piemme...

Capture d’écran 2013-01-16 à 17.06.31.png

Aux Déchargeurs, Chantal Deruaz, Christine Guerdon et Christine Murillo forment avec virtuosité un sacré trio. Trois soeurs qui furent contraintes, la retraite venue, de vendre la pâtisserie familiale vieille de plusieurs générations à un promoteur immobilier, faute de repreneur. Elles narrent avec nostalgie, humour, tendresse, ou véhémence une époque révolue. Celle où tradition et transmission avaient un sens. Celle où l'industrie n'avait encore pris le pas sur l'artisanat. Elle se racontent, évoquent souvenirs, bonheurs, peines, rêves avortés, jalousies ou rancoeurs. Mais quel évènement a bien pu les amener dans le bureau de ce commissaire de police suspicieux...?

Capture d’écran 2013-01-16 à 17.07.23.png

Délicieuse partition, aux couleurs multiples, que celle composée par Jean-Marie Piemme Alerte, sensible, cocasse, espiègle. Surprenante également. Car tandis qu'il croit assister à un plaidoyer en faveur du "c'était mieux avant", le spectateur voit rapidement poindre la possibilité d'une variation à six mains d'"Arsenic et Vieilles Dentelles". Voici un texte aussi savoureux que les spécialités sucrées de ces réjouissantes, énigmatiques et émouvantes Mina, Flo et Lili qui nous baladent, dans tous les sens du terme, au fil de leurs histoires et semblent croquer le présent avec une certaine gourmandise. 

Nabil El Azan signe une mise en scène léchée, faisant évoluer les héroïnes au milieu de caisses de déménagement dont elles extraient des tranches de vie, prenant soin d'y laisser enfermés leurs secrets. Apprétées et perruquées comme si elles surgissaient d'un album photos des années 50, les trois comédiennes aux personnalités complémentaires donnent à leurs personnages tout le piquant, toute la fantaisie, mais aussi la profonde humanité souhaités par l'auteur. Sincères, précises, intenses, joviales, pleines d'entrain. Elles sont remarquables.

Charmant moment.

Jusqu'au 2 mars.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Capture d’écran 2013-01-16 à 17.07.06.png

Photos : Ifou pour lepolemedia

Commentaires

Ah ça, elles n'y vont pas avec le dos du rouleau à pâtisserie ces 3 jeunes grands mères pour dire et revivre leur amour du métier, leurs petits bouts de vie et leur haine de ce promoteur immobilier qui les a jetées en maison de retraite. Le tout dans une langue très vivante, parfois dite comme on lit. Dans un décor simple et suffisant pour souligner le surréalisme des situations. Ce très agréable spectacle est servi par trois comédiennes pêchues et malicieuses qui nous tiennent en haleine et en rires du début à la fin. Des tueuses au charme désuet de leur gâteau Charlemagne ! Un très beau temps de théâtre !

Écrit par : Spectatif | 10/02/2013

Les commentaires sont fermés.