Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2013

Délicate et pleine d'humanité, la jolie plume de François Morel...

critique hyacinthe et rose pépinière théâtre françois morel

Seconde proposition de François Morel dans le cadre de sa carte blanche à la Pépinière Théâtre. Tandis que se poursuivent avec un succès mérité les représentations d'"Instants Critiques" qu'il met en scène, le comédien monte à son tour sur le plateau et nous offre "Hyacinthe et Rose", savoureux récit plongeant le spectateur dans les souvenirs de vacances d'un petit parisien chez ses grands parents, à la campagne. Un texte rédigé il y a quelques années dans le but d'illustrer  et prolonger avec des mots un ouvrage d'art regroupant des toiles du peintre Martin Jarrie représentant des fleurs. Ceux qui avaient apprécié "Les Habits du Dimanche" au début des années 2000 seront conquis par cette lecture très soigneusement mise en forme au cours de laquelle malice, tendresse et poésie font bon ménage.

Hyacinthe et Rose sont marié depuis 45 ans. Tous deux possèdent des caractères diamétralement opposés. Il aime aller au bistro, boire des coups avec les copains. Finit souvent la journée imbibé et endormi dans un fossé. Elle fréquente  assidûment l'église, pendue aux lèvres d'un curé aux sermons interminables, dont les envolées lyriques laissent les fidèles sceptiques. Ils se chamaillent sans cesse et ne semblent plus partager que l'amour des fleurs qu'ils cultivent avec passion dans leur jardin. Régulièrement, pour les vacances, ils accueillent leurs petits enfants et les initient à la botanique du dimanche...

Par la voix de son narrateur, François Morel déroule une série de chroniques familiales et rurales cocasses, émouvantes, qui, bien qu'en grande partie issues de son imagination fertile, se révèlent d'une incroyable justesse, rappelant à nombre d'entre nous une enfance bien vécue. Sans trop en faire, il se glisse avec gourmandise dans la peau de personnages parfois pittoresques (son curé prêchant à tue-tête dans un micro mal réglé fut la cause d'un beau fou-rire). A travers ces portraits fantasmés, profondément humains, de grands-parents, cousins ou villageois, à travers la description d'une France intemporelle mais un brin rétro, chacun retrouve un peu de soi, un peu des siens, pioche à droite à gauche pour reconstituer son histoire, se la remémorer avec une émotion certaine...

Afin d'accompagner sa lecture, l'acteur (qui connaît quasiment son texte par coeur) a fait appel à Antoine Salher. Celui-ci a conçu un habillage musical sophistiqué aussi enchanteur que surprenant. Le piano dont il tape les touches ou gratte les cordes côtoie les cuivres, timbres musicaux, orgues électriques, petits pianos d'enfant, ou encore  mélodicas (ces mini claviers dans lesquels on souffle...). Ses compositions sont épatantes, drôles, touchantes. La campagne très "théâtrale" qui sert de cadre aux prestations des deux artistes achève de nous transporter dans un passé à la fois surréaliste et familier, pour un moment assez unique.

Une réussite.

Allez-y !

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

critique hyacinthe et rose pépinière théâtre françois morel

Photo : Manuelle Toussaint

Les commentaires sont fermés.