Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2013

Les personnages bien attaqués de Claire Castillon prennent vie au Marigny...

critique les bulles théâtre marigny claire castillon marion vern

En 2010, Claire Castillon publiait "Les Bulles", recueil d'une quarantaine de portraits jubilatoires d'êtres borderline, pour ne pas dire totalement névrosés, tendant au lecteur un miroir certes grossissant et légèrement déformant, mais révélateur des maux susceptibles de l'habiter. Marion Vernoux a déniché trois brillants comédiens pour transposer du papier à la scène l'ensemble de cette galerie de personnages et nous présente un savoureux moment de théâtre, décapant,  parfois un peu osé, à ne pas mettre entre toutes les oreilles.

De  la femme indécise (son premier amant la fait jouir, le second la fait rire, et le troisième la fait..."chier"!) à celle qui ne se remet pas du départ de son conjoint, le harcelant depuis des mois, en passant par  une jeune mère désolée de ne plus pouvoir "s'attifer comme une pute". De l'homme victime de panne sexuelle à celui qui s'apprête à copuler avec son épouse pour la première fois (présentant sous un peignoir bombé un outil au garde à vous...). Du couple qui "n'est pas un couple" selon ses dires à celui qui ne vit qu'à travers ses enfants... Emilie Caen, Olivia Côte et Jean-Baptiste Verquin les incarnent tous avec maestria, passant de l'un à l'autre sans artifice ou presque, par la seule force de leur travail d'acteur, corporellement et intérieurement.

A l'image de l'écriture, habile, vraie, incisive, drôle, surprenante, mise en scène et direction d'acteurs osent, proposent, titillent la sensibilité du public. Peuvent aller loin. L'équilibre entre personnalités à petit grain et échappés de l'asile est bien trouvé. La folie douce réaliste des premiers côtoyant sans heurt la folie furieuse des seconds.

On rit beaucoup, et souvent jaune, au cours de cette série de "témoignages" qui nous renvoient à nos propres doutes, certitudes, ou fêlures, mais notre sang se glace aussi parfois, notamment lorsqu'Olivia Côte campe cette femme battue imcapable de quitter le domicile conjugal.

Une réussite.

Allez-y !

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  logo125_27_fnac_bl.gif

Les commentaires sont fermés.