Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2013

En cuisine, l'onirique symphonie des marmitons...

Capture d’écran 2013-03-08 à 09.57.47.png

Le Vingtième Théâtre nous propose une incursion dans les coulisses d'un restaurant étoilé préparant un concours gastronomique, par ailleurs menacé d'être absorbé par un fonds d'investissement. Une ode sympathique à la gastronomie, au partage, à la transmission, mais aussi au travail, à la rigueur, à la pugnacité, superbement chorégraphiée et mise en musique, nous permettant de passer outre une vision un peu simpliste et caricaturale du capitalisme (qui n'est pas, heureusement, le propos principal du spectacle).

Ainsi donc, chez Sixtine, quelques heures avant le début de la compétition, la tension monte. Sous les ordres de la Chef et de son second, les apprentis s'entraînent et mettent en place leur matériel. Frictions, confidences, partage d'expériences... Les uns sont en proie au doute tandis que les autres les rassurent au cours d'un ballet qui prend forme petit à petit. Pendant ce temps Gaétan Grosbois, maître des lieux, envoie balader le représentant du groupe souhaitant racheter l'établissement. Puis le top départ est donné. Les louches font tinter les casseroles, les couteaux battent la mesure, la salière devient maracas... Le bruit se fait musique, le mouvement danse. Chacun connaît et maîtrise ses gestes, y va de son "entrechat", de sa "pirouette", respectant une discipline militaire pour que les plats soient composés et servis dans les meilleurs délais. Ce sprint achevé, il faut alors attendre le verdict du jury.

Sans jamais manipuler un seul aliment (ustensiles réels mais nourriture virtuelle), les comédiens  réalisent un travail d'une bluffante précision, sublimant la technique culinaire, l'élevant au rang d'art véritable, inventant avec leurs instruments une mélodie au magnétisme certain, renforcée par la grâce de deux percussionnistes professionnels. Poésie des recettes, tours de magie  (spatules et rougets volent dans les airs...), éclairages soignés... Un spectacle qui en plus de mettre nos papilles en émoi se révèle bien souvent enchanteur pour nos yeux et nos oreilles. 

En conclusion, malgré un script inégal, "Saveurs et amertumes" est une création collective de qualité  menée par Christina Fabiani, également auteur, que vous pourrez découvrir jusqu'à la fin du mois d'avril.

Pourquoi pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Les commentaires sont fermés.