Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2013

Les rebelles d'Aristophane propulsées au XXIème siècle...

Capture d’écran 2013-03-31 à 09.45.58.png

Comédie sacrément grinçante et subversive sur la pratique du pouvoir dans la cité pensée par le poète grec il y a près de 2500 ans, "L'Assemblée des Femmes" est le fruit, au théâtre de la Tempête, d'une sympathique adaptation contemporaine. Transposé  au coeur d'une société macho-capitaliste à bout de souffle dont les travers nous sont assez familiers, ce putsch en talons aiguilles remanié sur le ton de la farce ne perd rien de sa pertinence ni de son impertinence, en dépit de dialogues additionnels parfois faciles, souvent perfectibles (May Bouhada), et d'une mise en scène  de Mylène Bonnet gentiment piquante manquant un peu de singularité.

Prétendant mettre de l'ordre dans les affaires de la cité, désireuses de sortir du simple rôle de ménagère docile et passive auquel on les a jusqu'ici cantonnées, les femmes s'introduisent à l'Assemblée déguisées en hommes et votent l'attribution du pouvoir au sexe faible.  Sitôt en place, celles-ci renvoient leurs époux s'occuper du foyer, décrètent la mise en commun de l'ensemble des ressources et des biens (jusqu'aux enfants !), ainsi que l'obligation pour chacun et chacune de copuler avec un laid avant de pouvoir s'ébattre avec un beau... On ne tardera pas à s'apercevoir que les nouvelles têtes pensantes ne valent pas mieux que leurs prédécesseurs.

Choix de société, place des hommes et des femmes en son sein, parité, rôle de l'état, abus de pouvoir, corruption, grandeur ou faiblesse des uns et des autres, sexualité... Le propos et l'impertinence d'Aristophane traversent sans encombre les siècles et les modes. 

C'est donc une révolution clownesque,  délirante et excessive, virant à la décadence totale  se déroulant sur une agora polluée de détritus, meubles ou objets abandonnés qui est donnée à voir au spectateur. Dans ce monde en vrac, bruyant, sans repère, disputes et bagarres prolifèrent. On s'attache une carotte et deux mandarines autour de la taille afin de passer pour un homme, on pratique un langage des plus fleuris, on défèque en public... Bref, une partition colorée que sept comédiens assument et interprètent avec un certain panache et beaucoup de conviction.

Alors pourquoi pas.

Jusqu'au 21 avril.

Capture d’écran 2013-03-31 à 11.12.25.png

Photo : Antonia Bozzi

Les commentaires sont fermés.