Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2013

Au Poche, la Compagnie des Aléas brille dans "Le Premier"...

critique le premier théa^tre de poche-montparnasse

Quarante ans après sa création française au même endroit, cette comédie absurde, noire et grinçante de l'auteur américain Israel Horovitz a un peu perdu de son piquant, et par la force des choses de sa modernité, mais se voit joliment défendue par cinq interprètes, anciens du Cours Florent, dans une mise en scène de Léa Marie-Saint Germain, drôle, nerveuse, réfléchie, maîtrisée, vue approuvée et soutenue par le dramaturge. Très plaisant.

L'intrigue  tient sur une ligne. Une ligne blanche tracée au sol derrière laquelle des quidams, quatre hommes une femme, font la queue et se battent afin d'en prendre la tête. Dans quelle optique ? Nous ne le saurons jamais. Toujours est-il que tous les coups sont permis. Violence, roublardise, sexe...  Cela pourrait mal finir.

critique le premier théâtre de poche-montparnasse

Différents niveaux de lecture possibles dans ce qui apparaît comme une parabole sur nos difficultés  à exister au sein d'une société où seuls les plus forts ou les plus malins sont considérés. La pièce d'Horovitz est une boîte à outils dotée d'une situation volontairement ordinaire et d'une galerie de personnages à l'épaisseur appréciable dont s'emparent les comédiens pour nous emmener plus ou moins loin. Parlons d'eux, justement.

Tous un grain ! Simon Fraud (Stephen) campe un cartoon sur pattes, survolté, élastique, et inquiétant à souhait. Pierre Edouard Bellanca un "bas de plafond" fan de baseball assez réussi. Pierre Khorsand (Dolan) un businessman rusé à l'élégance très "Mad Men". Nathalie Bernas (Molly) une excentrique ravie de coucher avec tout le monde pour arriver à ses fins. Arnaud Perron enfin (Arnall, mari de Molly), un cocu sacrément torturé. Profondément habités, ils développent justement et sans concession, jusqu'à l'hystérie finale, le comportement de ceux qu'ils incarnent. 

Bravo.

"Le Premier". A voir jusqu'au 11 mai au Poche-Montparnasse.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :   commander_100x30_02.gif 

Photo : Ghislain de Haut de Signy

Les commentaires sont fermés.