Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2013

De l'art difficile de la comédie musicale...

critique the full monty théâtre comedia

Faute de moyens, d'équipes compétentes ou de choix pertinents, un certain nombre de producteurs français s'y sont déjà cassés les dents. Importer les comédies musicales anglo-saxonnes exige non seulement de posséder des épaules solides mais aussi d'appliquer à la lettre la méthode de travail qui va avec. Et sa rigueur. Jusqu'à présent, dans le secteur privé, seul Stage Entertainment France ("Le Roi Lion", "Cabaret", "Sister Act"...) y était parvenu. Il y a peu, un nouvel entrant sur le marché, French West End, annonçait vouloir relever le défi en présentant ce printemps au Comédia "The Full Monty", adapté du célèbre film éponyme au début des années 2000 outre atlantique. Loupé...

Pourquoi ?

D'abord parce que le choix de ce musical ne nous semble pas judicieux. A New York comme à Londres, le succès ne fut pas vraiment au rendez-vous. A juste titre. Script très moyennement efficace (Terrence McNally), aux dialogues succincts mais qui, paradoxalement, traîne en longueur, partition sans relief, chansons mollassonnes (David Yazbek), absence quasi totale de plages dédiées aux moments dansés... Fausse bonne idée donc, que de souhaiter narrer en musique l'histoire de ces six ouvriers chômeurs chippendales d'un soir.

Parce qu'une mise en scène atone, brouillonne, et sans direction d'acteur plombe littéralement le spectacle. Huit jours que le show a ouvert ses portes et il tourne toujours au ralenti.  Pas acceptable. cela manque de rythme et d'énergie. Livrés à eux-même, seuls les artistes les plus aguerris s'en tirent à peu près. Le jeu de leurs partenaires au mieux tombe à plat, au pire (souvent) sonne épouvantablement faux. Saluons les prestations de l'irrésistible Guillaume Bouchède ("Vive Bouchon", "Mission Florimont"...) en strip teaser rondouillet, et de Dominiques Noblès en artiste de music hall retraitée à la gouaille amusante. On regrette par ailleurs des incohérences plus ou moins gênantes, parmi lesquelles un fils qui semble avoir l'âge de son père, un quinqua débarquant avec une canne et qui sautille comme un gosse deux minutes plus tard... Passons.

Parce que les deux chorégraphies (signées Fauve Hautot) censées soulever, avant l'entracte et au final, l'enthousiasme du spectateur se révèlent d'un désolante banalité. Sans génie, sans surprise, sans humour, sans éclat. Le challenge consistant à réaliser des numéros spectaculaires avec six gars "quelconques" était certes compliqué mais pas impossible. Il n'y a qu'à constater ce que d'autres sont parvenus à imaginer avec un couvent de bonnes soeurs...

Parce qu'on nous promettait de nombreux et somptueux décors, et qu'en dépit d'efforts notoires on ne peut que constater la "modestie" de l'ouvrage. Trop de séquences à la scénographie bâclée ou carrément données devant un rideau noir (lumineux quand on a de la chance). Les changements à vue (caractéristiques du genre) se font rares, manquent de fluidité...

Parce que la traduction française enfin, pas très heureuse, mélange allégrement et maladroitement culture US et culture française... 

Alors reconnaissons qu'il y a du monde sur scène (17 artistes), que ça  chante plutôt juste, que les huit musiciens qui les accompagnent se donnent du mal, que la plastique de Grégory Amsis est fort plaisante à observer (on s'égare...), mais cela ne suffit pas à nous transporter dans le West End ou à Broadway.

Nous en sommes les premiers navrés.

Conseil du jour : "Sister Act" à Mogador !

13:49 Publié dans Critiques, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : critique the full monty théâtre comedia | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.