Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2013

L'improbable et drolatique making of d'un film sur les croisades...

Capture d’écran 2013-05-04 à 10.05.32.png

Compagnie aixoise existant depuis une trentaine d'années, Le Théâtre du Maquis s'installe pour deux mois rue des Plâtrières et offre aux parisiens l'une de ses dernières créations. Cinéma dans le théâtre, théâtre dans le cinéma, théâtre dans le théâtre, mais aussi poésie et chansons, "Les Bougres" (c'est le titre)  séduit par sa forme novatrice et la folie douce qui envahit les interprètes, même si l'ensemble pourrait gagner en efficacité.

Le spectateur assiste au tournage en direct d'une fiction narrant le siège de Carcassonne par les croisés au XIIIème siècle. Sur le plateau un fond bleu devant lequel évoluent quatre acteurs-conteurs-chanteurs, multipliant les rôles, une caméra qui les filme, et un grand écran permettant de voir les personnages "incrustés" dans des décors naturels. Rien ne nous est caché. On voit les artistes se changer, le réalisateur travailler, les trucages se mettre en place... Et c'est dans un esprit à mi chemin entre les Branquignols et les Monty Python que la troupe évoque les évènements d'alors (les faits historiques étant rigoureusement exacts), les combats, la politique, la religion, l'intégrisme... mêlant à un script original des textes et chansons authentiques de troubadours. En vieux françois et occitan sous-titré.

Porté avec conviction par Anne Décis, Florence Hautier, Pierre Bézier, Stéphane Dunan Battandier et Nicolas Hurtevent, le résultat se révèle amusant et sympathique. Les idées sont bonnes, le travail intelligemment mené, et la diversité des propositions appréciable. Nous émettrons toutefois quelques regrets. Un léger manque de rythme d'abord, qui empêche le public de se laisser embarquer totalement. La timidité de l'humour, ensuite, qui ne perdrait rien à être un peu plus appuyé, incisif et déjanté. Dommage. L'esthétique globale enfin (fonds vidéos, costumes), qui souffre au choix d'un manque de moyens certain ou de goût, et livre un résultat visuellement pauvret.

Mais pourquoi pas.

Au Vingtième Théâtre jusqu'au 16 juin.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Capture d’écran 2013-05-04 à 10.55.28.png

Photo : Patrick Guihaire

19:32 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : critique les bougres vingtième théâtre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Oui, l'image globale est pauvre (fond bleu etc...) pour que l'image "incrustée" sur écran, elle, soit riche, et c'est cette distance qui nous a intéressés : l'image virtuelle plus vraie que l'image réelle. Sur l'humour, nous sommes dans un entre deux, voulu aussi, car le sujet, c'est quand même d'un massacre, d'une déportation, et d'une guerre sur fond de religion que nous rions. Vous avez bien sûr le droit d'exprimer des réserves, et les vôtres sont argumentées : elles auront certainement quelques incidences sur le traitement de certaines scènes. Merci, en tous cas, pour votre regard.
Pierre Béziers, acteur et metteur en scène

Écrit par : Pierre Béziers | 10/05/2013

Les commentaires sont fermés.