Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2013

Démarrage du festival "Mises en Capsules" 2013...

festival mises en capsules 2013

Septième édition, déjà, de cette belle manifestation initiée par Salomé Lelouch et Benjamin Bellecour, dédiée aux formes courtes. Lancé il y a 24 heures, le festival du Ciné 13 Théâtre proposera jusqu'au 8 juin une quinzaine de spectacles joués en alternance (5 par jour) mêlant théâtre, impro, danse, magie... Un patchwork des plus plaisants permettant de découvrir de jeunes artistes, auteurs, comédiens (près de 80 participants), au cours d'une ou plusieurs soirées. Car on peut opter pour le "pass intégral" (36 euros seulement) et revenir à volonté, alors pourquoi brider sa curiosité ?

C'est avec une amusante improvisation que nous attaquâmes la soirée d'hier. Un travail paradoxalement soigneusement préparé par la dizaine d'acteurs présents sur le plateau sous la houlette d'Irwin Konigsberg et Guarani Feitosa (plan, traits de caractère des protagonistes, chute...), évitant des longueurs souvent inhérentes à l'exercice , plongeant le public au coeur de la réunion de pré-rentrée du corps enseignant d'un collège de banlieue, et donnant à voir une réjouissante galerie de personnages aussi vrais que caricaturaux, aux tics et habitudes joliment croqués. Mention spéciale à l'improbable rap final du prof de sport et du cuisto de la cantine à destination des élèves pour vanter les produits bios...

Trente minutes plus tard, la seconde capsule nous transporta dans l'univers pour le moins décontenançant et corrosif de Rafael Spregelbrud, dont vous aviez peut-être applaudi il y a peu "Lucide"  ou "La Estupidez" (brillamment mis en scène par Marcial Di Fonzo Bo). Les écrits "sous substances" de l'auteur argentin réclament virtuosité et audace si l'on souhaite les faire entendre au mieux. Or en montant "L'Inappétence", pièce évoquant entre autres les conséquences du temps qui passe sur le couple ou la décomposition de la famille, les névroses que cela engendre, Adrien Melin et ses comédiens ont manqué d'assurance et fait preuve de trop d'approximations, d'hésitations. Dommage car les errements de Madame Levrette en quête d'une aventure extra conjugale extrême en allant payer ses factures avaient de quoi faire mouche... D'autant que de véritables talents occupaient le plateau.

Nous quittâmes la fête juste après mais reviendrons bien vite nous "encapsuler"...

Notez qu'au soir du 8 juin, un jury remettra à l'une des équipes participantes un prix l'incitant à développer sa proposition dans un format plus long. N'hésitez pas vous aussi à y aller de vos pronostics.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

17:41 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : festival mises en capsules 2013 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.