Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2013

Les truculentes et envoûtantes histoires de Fred Pellerin...

Capture d’écran 2013-06-09 à 10.20.46.png

Douze ans déjà que ce conteur québécois pas tout à fait quadragénaire, à la virtuosité étourdissante, se produit avec un succès grandissant dans les salles francophones du monde entier, narrant et chantant les tribulations des habitants de son village de Saint-Elie de Caxton... "De Peigne et de Misère", sa cinquième fable pour adultes, en partie improvisée et donc renouvelée lors de chaque représentation, nous est proposée jusqu'à la fin juin à l'Atelier. Ne manquez pas un moment singulier de drôlerie, d'absurde, et de poésie profondément touchant.

Héros du spectacle : Méo, barbier du coin ne sachant garder pour lui les confidences de ses clients,  légèrement porté sur la boisson, et capable de coiffer une nonne à un cheveu, qui parviendra à éviter la fin du monde en trouvant le moyen de faire se reparler les habitants du patelin, brouillés pour des raisons d'argent. Avant cette issue heureuse, de nombreuses anecdotes mettront en scène la petite communauté qui, vous l'aurez compris, se révélera un juste et attachant reflet de l'humanité toute entière.

Que de malice, d'intelligence, d'esprit, de tendresse dans ce qui apparaît comme une ode au "vivre ensemble", au partage, à l'amour, au rêve, à l'espoir, simple et superbe. Jamais niaiseux mais fort d'une candeur des plus rafraîchissantes, incroyablement à l'aise dans l'improvisation, Fred Pellerin manie les mots, le verbe avec une dextérité saisissante (le garçon est diplômé en littérature), s'empare joliment des quelques mélodies qui ponctuent son récit, communie avec un public sous le charme (comment ne pas l'être ?) et l'entraîne dans un ailleurs où il se sent merveilleusement bien. Et nous aussi !

A voir absolument.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Les commentaires sont fermés.