Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

L'heureuse fantaisie d'une chorale lyrique au top...

Capture d’écran 2013-06-20 à 10.30.35.png

Fabrice Luchini en vacances, le Théâtre Antoine accueille jusqu'au premier septembre, la compagnie catalane Cor de Teatre ("Hop ! Era" il y a 15 ans, c'était elle) qui propose un divertissement musical  rafraîchissant, à portée de tous, réglé au millimètre, mêlant humour visuel et grands airs d'opéra donnés a cappella. Une excellente idée de sortie estivale intitulée "Operetta".

Sur un plateau endormi où la servante seule est allumée, 25 personnages surgissent d'un piano à queue. Découvrant un espace mystérieux dont ils prendront possession petit à petit, ils vont jouer à jouer. Car on s'apercevra rapidement que cette formation n'a pas grand chose de classique. La chorale austère et bien "rangée" ne tiendra pas le temps d'un morceau, laissant place à une fantaisie inspirée et maîtrisée.

Belle évocation de la vie de La Callas sur "Casta Diva". Irrésistible faux tournage pour la télévision d'une séquence de La Traviata virant au burlesque le plus absolu. Réjouissante peinture d'un public indiscipliné, aux téléphones sonnant, toussant et éternuant, dont les bruits et mouvements finissent par révéler une certaine musicalité et accompagner merveilleusement une Carmen excédée... Interprètes formant les vumètres d'une console son, apparaissant et disparaissant selon qu'ils chantent ou pas. Citons encore une exceptionnelle course cycliste ou  un savoureux spectacle de marionnettes. 

Jordi Purti, chef de troupe, signe un spectacle inventif, drôle, carré, fluide, enlevé, concis, ne cherchant pas à raconter une seule histoire qui serait forcément capilotractée. De petits sketches, riches en trouvailles, séduisent les uns après les autres. L'interprétation vocale comme théâtrale est impeccable. Jolies voix, efficacité comique indéniable, gestuelle parfaite. Par ailleurs, afin d'éviter l'aspect juke box possiblement indigeste de l'exercice, le metteur en scène a  limité le nombre d'extraits à 13. Judicieuse idée permettant de profiter pleinement de chacun d'entre eux au cours des soixante dix minutes que dure la représentation.

Succès du Off d'Avignon en 2012, gageons que ce plaisant moment saura séduire les travailleurs et touristes présents dans la capitale en juillet-août.

N'hésitez pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

13:01 Publié dans Critiques, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : critique operetta théâtre antoine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Dans une mise en place au cordeau, cette troupe très enthousiaste et vraiment au point nous captive et nous amuse en nous offrant un spectacle musical très réussi. Une très bonne surprise de fin de saison, à ne pas manquer !

Écrit par : Spectatif | 06/07/2013

Les commentaires sont fermés.