Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2013

Un rafraîchissant vaudeville musical sur l'amour et le désir...

Capture d’écran 2013-07-31 à 09.05.54.png

Aimable divertissement que cette "Libibandine" imaginée par Julie Neveux, mettant en scène quatre excellents comédiens qui s'en donnent à coeur joie (ou "choeur joie", c'est selon...) une heure vingt durant. Aussi rythmée qu'un Feydeau, la pièce évoque avec légèreté, malice, et une certaine pertinence les difficultés de chacun à faire cohabiter au sein du couple, dans une parfaite harmonie, amour, passion, désirs et fantasmes... Un genre de mini opérette du XXIème siècle, inégale mais plaisante au final.

Un couple en thalasso. Elle espère profiter du séjour pour procréer. Lui, la libido en berne (du moins vis à vis de sa femme), a installé sa maîtresse dans la chambre voisine. Maîtresse adepte de l'amour platonique qui voit débarquer son propre époux aux besoins sexuels intarissables. L'insatisfaction est donc palpable chez l'ensemble des protagonistes. La libibandine, pillule miracle imaginée par le professeur Libidus, maître des lieux, permettra-t-elle aux uns et aux autres de s'épanouir ? Possible...

Loin d'être inoubliable, la partition sans doute trop vite composée comporte quelques maladresses dans sa construction mais contient une ou deux séquences savoureuses (on pense notamment à ce dîner à quatre généreusement arrosé...), offre aux interprètes des dialogues enlevés, souvent drôles, ainsi que des chansons pour le coup abouties, habilement troussées, aux mélodies entraînantes et entêtantes. 

En tombeur surhormoné roulant des biscotos, fier de ses attributs, prêt à sauter sur tout ce qui porte une jupe, Jérémy Malaveau fait des merveilles. A l'opposé, en timide mal dans ses baskets, Julien Héteau s'avère tout aussi juste. Leurs partenaires féminines (attention distribution tournante) ne sont pas en reste. Jane Resmond se révèle impayable avec un coup dans le nez, et Marie-Eve Perron nous réjouit dans ses tentatives de séduction infiniment gauches. Impeccablement dirigé par Jacques Décombe, tout ce petit monde s'amuse, chante, danse avec conviction et sincérité, permettant au spectateur de passer un agréable début de soirée.

Alors pourquoi pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

11:24 Publié dans Critiques, Vidéos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : critique la libibandine théâtre michel | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.