Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2013

Une comédie absurde à souhait qu'il faudrait resserrer...

critique à flanc de colline théâtre tristan bernard

Le Tristan Bernard présente la première pièce de Benoit Moret, exfiltré de la Troupe à Palmade (ils sont partout !) également passé par celle de Sébastien Azzopardi au sein de laquelle il se produisit avec Mission Florimont. Son travail s'en ressent. "A Flanc de Colline" contient en effet un joli petit lot de scènes joyeusement loufdingues et surréalistes poussées à leur paroxysme par des interprètes qui s'en donnent à coeur joie, mais souffre d'une dramaturgie un peu maladroite où les longueurs sont fréquentes. Franchement dommage.

De quoi est-il question ? D'un père divorcé et de son fils, fâchés depuis vingt cinq ans, qui se retrouvent, sans l'avoir voulu, dans l'ancienne maison de vacances familiale située "à flanc de colline", désormais propriété d'un type assez flippant, collectionneur d'animaux marins empaillés, adepte de puzzles et champion de pâte à sel... L'un et l'autre sont venus pour une raison que l'on ignore. Ainsi, la brouille de ces deux-là, Le choc des cultures, une mystérieuse chasse au trésor, l'appât du gain, l'amour, des mensonges à tour de bras, une voisine pas nette, un ours, deux cigognes lesbiennes, un chat à une patte, et un morse géant nous conduiront au terme d'un week end...surprenant.

Dans le rôle du fan de mollusques naturalisés à l'intellect limité, Didier Brice excelle et jubile. Après son poignant "Journal d'un Poilu", nous sommes heureux de le retrouver dans une comédie. En voisine sensiblement atteinte des mêmes maux mais encore plus inquiétante, Caroline Maillard se révèle tout aussi savoureuse. José Paul et Benoit Moret, père & fils, observent pour leur part les deux premiers avec des yeux incrédules, acceptent avec un flegme irrésistible les situations les plus abracadabrantesques, cultivent à merveille une ironie et un mauvais esprit qu'eux seuls entendent. Odieux et délicieux. La complicité du quatuor fait des merveilles.

Si l'impeccable mise en scène de Julien Sibre sert au mieux le burlesque et la folie de cette comédie, elle ne peut malheureusement pas grand chose pour les faiblesses sus-évoquées qui demeurent assez gênantes.

Mais enfin nous avons ri. 

Alors pourquoi pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

critique à flanc de colline théâtre tristan bernard

Photo : Fabienne Rappeneau

Les commentaires sont fermés.