Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2013

Pour ses premiers pas sur scène, Jean-Baptiste Maunier impose le respect...

Capture d’écran 2013-09-28 à 10.44.32.png

Il en a fait du chemin depuis 2004, le jeune chanteur révélé par "Les Choristes", long métrage au succès quelque peu déconcertant, dirons-nous, de Christophe Barratier. Parti à New York en 2008 apprendre le métier de comédien au Lee Strasberg Theatre Institute, il en est revenu deux ans plus tard avec une solide formation. Au Petit Montparnasse, il apporte en effet la preuve que son exil temporaire n'a pas été vain, partageant le plateau à armes égales avec l'excellent et expérimenté Pierre Cassignard. Tous deux s'affrontent 90 minutes durant dans un thriller psychologique des plus prenants intitulé "La Chanson de l'Eléphant". Indéniablement une des jolies réussites de la rentrée mise en scène au cordeau par Bruno Dupuis .

Au sein d'un établissement psychiatrique, un médecin disparaît mystérieusement. Son patient ,Michael 23 ans, serait la dernière personne à l'avoir croisé. Le directeur de l'hôpital, M. Greenberg tente d'obtenir des infos auprès du garçon psychologiquement perturbé, manipulateur comme personne, et doté d'une intelligence hors normes. Mais celui-ci paraît plus enclin à évoquer sa passion pour les éléphants que désireux de retrouver son thérapeute et va prendre un malin plaisir à balader celui qui l'interroge. Dans le but de... 

Capture d’écran 2013-09-28 à 10.45.54.png

Brillamment pensée, construite et dialoguée, cette pièce en un acte sans temps mort, concise, haletante, aux couleurs multiples, aux personnages forts et à l'issue poignante du canadien Nicolas Billon se révèle une partition de choix pour ses interprètes. En directeur d'HP, Pierre Cassignard compose un  type à l'assurance fragile, décontenancé, souvent dans le doute. Il déroule un jeu d'une grande finesse et une écoute remarquable. Jean-Baptiste Maunier, dans le rôle archi casse gueule du gamin interné, au passé traumatisant, nous bluffe véritablement. Drôle, inquiétant, dérangeant, émouvant, il évite la caricature, révèle une aisance scénique exceptionnelle et une technique sans faille. Ce coup d'essai, qui est un coup de maître, devrait lui assurer des propositions à venir riches et passionnantes. Christine Bonnard, enfin, incarne une infirmière compliquée à cerner, aussi froide et autoritaire qu'attentionnée et bienveillante. Elle est parfaite.

Allez-y !

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Capture d’écran 2013-09-28 à 10.45.10.png

Photos : Lot

10:56 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.