Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2013

Qui était Michel-Ange...?

critique michel ange mc93 bobigny hervé briaux luc-antoine diqué

A partir des correspondances de l'artiste du XVIème siècle, Hervé Briaux, auteur-metteur en scène, a composé un texte évoquant la fin de son existence et révélant sa vraie nature, à savoir quelqu'un d'assez antipathique, suffisant, grossier, radin, méchant avec ceux qui l'entourèrent. Pour ce faire, idée originale et séduisante, il donne la parole à une sculpture inachevée du maître, témoin privilégié de ce qui se passait dans son atelier, embarquée puis oubliée par le Vatican après sa mort. Un monologue à plusieurs voix soulignant les contrastes saisissants entre l'exception d'une oeuvre et la médiocrité  de son créateur, pour un spectacle s'avérant d'autant plus plaisant qu'il est porté avec ardeur sincérité et truculence par le talentueux Luc-Antoine Diquéro.  

S'extirpant de son bloc de marbre, la statue en devenir prend donc vie, narre et incarne le vieux Michel-Ange, habitant et travaillant dans une minuscule maison crasseuse, pestant à longueur de journée; campe aussi ses disciples dont il profita, pour ne pas dire "abusa",  allègrement, ses domestiques qu'il congédia sans forme les uns après les autres (ou qui partirent ne le supportant plus), son neveu et héritier, Leonard Buonarotti, dont l'affection intéressée l'insupportait tout autant, ou encore un cardinal venu lui demander de retoucher la Chapelle Sixtine, pas assez ostentatoire et aux représentations un peu trop dévêtues par endroits. Ce dernier se fera sacrément recevoir...

Efficace mais sans excès, Luc-Antoine Diquéro passe avec une virtuosité certaine d'un personnage à l'autre. Compositions impeccables, soigneusement dessinées. On rit souvent de la peinture très humaine et peu glorieuse qu'il donne à voir du génie touche à tout (dont les propres mots, salés mais bien sentis, sont d'ailleurs régulièrement employés). Un texte simple, intelligent, théâtral, jamais prise de tête, qui donne envie de se pencher sur la production du mythique toscan, pour un rendu concis, de qualité, s'adressant au plus grand nombre.

Alors pourquoi pas.

Jusqu'au 15 octobre seulement.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

critique michel ange mc93 bobigny hervé briaux luc-antoine diqué

Photo :Victor Tonelli / Art/ComArt

Les commentaires sont fermés.