Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2013

La truculente Elisabeth Buffet se répète et déçoit...

elisabethbuffet_comediecaumartin2.jpg

"Avoir tout dit et tout raconté", tel est le sentiment que nous confie Elisabeth Buffet, à peine le rideau de la Comédie Caumartin levé. On ne ne pourra hélas qu'approuver ses dires tant elle reprend, dans ce nouveau spectacle, des thèmes déjà traités. Célibat, sexe, alcool, ou enfants des autres se trouvent donc au menu d'un stand up brouillon nettement moins bien structuré que l'opus précédent qui contenait quelques pépites d'humour trash et sketches d'anthologie. La comédienne compense cette fois-ci l'absence de situations ou propos inédits par une surenchère d'expressions fleuries auparavant distillées avec davantage de parcimonie et de subtilité. Une marque de fabrique qui faisait son charme et devient indigeste. Dommage car cette femme a du talent, un ton singulier et une forte personnalité.

Passée une amusante première séquence au cours de laquelle elle retrace l'une de ses nombreuses soirées en boîte de nuit, finissant presque nue, les cheveux en pétard, totalement ivre, se frottant frénétiquement à une barre de pole dance, le spectateur retient peu de choses, même s'il rit finalement assez régulièrement. Le syndrome du bout à bout de vannes plus ou moins heureuses, composé sans trop d'efforts, semble atteindre les meilleurs artistes... Ceux-ci ne devraient pourtant pas ignorer que le travail, et en l'occurrence des sketches rigoureusement construits, paie en général mieux que la paresse.

Nous espérions plus, beaucoup plus, d'Elisabeth Buffet. En attendant un prochain one woman show vraiment inspiré, nous nous remémorerons avec délectation ses aventures au Cap D'Agde ou sur les toilettes à la turque, sa relation passionnelle avec son sex toy ou celle, plus brève, entretenue avec son vieil amant "moumouté" un soir de cuite... 

Au moins jusqu'à la fin décembre.


Elisabeth Buffet par rom-ain

Les commentaires sont fermés.