Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2013

Lola Cès et Vincent Heden explosent dans le réjouissant "Disco"...

Capture d’écran 2013-10-27 à 08.33.31.png

Avec "Disco", son second spectacle musical cette fois-ci dédié aux morceaux des 70's ("SLC" balayait les 60's), le groupe Lagardère monte en puissance, propose un "feel good show" divertissant à souhait, doté de beaux moyens, d'un script efficace, de brillantes têtes d'affiche, et réussit là où "Mamma Mia !" avait dramatiquement échoué (visuellement cheap, peu de chorégraphies, histoire niaise et tarabiscotée, chansons intégrées aux forceps...). Si les musiciens live ne manquaient à l'appel, on jurerait presque un produit made in Broadway. Autant vous dire que nous ne fûmes pas déçus d'avoir ressorti nos pattes d'eph' du placard !

Parce qu'ils ont imaginé des personnages drolatiques et des dialogues malicieux, pleins de second degré, truffés de références à l'époque,  Agnès Boury et Stéphane Laporte réussissent le tour de force consistant à nous faire oublier l'aspect "compile de tubes" de la chose, possiblement indigeste. On en vient même à déplorer qu'il n'y ait davantage de texte dans la seconde partie de l'histoire, légère et pétillante, de cette habilleuse du Disco Club décrochant la super cagnotte du loto et rêvant de devenir la nouvelle diva des dancefloors. Bref, on ne se prend pas au sérieux mais c'est très sérieusement et rigoureusement écrit.

Contrairement à ce que nous laissaient craindre les extraits présentés à la presse le mois dernier, une scénographie relativement riche, composée de rideaux lamés, boules à facettes géantes, décors en dur et projections, sert de cadre à la mise en scène carrée et souvent ingénieuse de Stéphane Jarny, qui signe aussi d'amusantes chorégraphies, épaulé par Agnès Boury à la direction d'acteurs. Le travail  se révèle abouti et irréprochable.

Autre atout (majeur) du spectacle : l'excellence des interprètes principaux, Vincent Heden et Lola Cès. Le premier, qui brillait déjà en idole odieuse et égocentrique dans "Salut les Copains", campe ici Estelle, une improbable speakerine animatrice de télévision transgenre, avec drôlerie certes, mais surtout avec une aisance, un naturel et une subtilité véritablement confondants. Du très beau travail de comédien au niveau de la voix, de la gestuelle, ou des postures, loin de toute caricature. La seconde, qui fit sensation dans "Sister Act" l'an passé, incarne Lucy, la gagnante du loto. Elle possède pour sa part une magnifique présence et se révèle tour à tour rayonnante, truculente, touchante, émouvante... Tous deux disposent de timbres puissants, affichent une plaisante complicité et tirent l'ensemble de la distribution vers le haut (Flo Malley, Fanny Fourquez, Jacques Vidal...). Ils devraient aller loin.

Sur scène la troupe s'amuse. Dans la salle le public venu fredonner ses tubes préférés, séduit par la proposition, en oublie le karaoké (et c'est heureux). Mais la fête s'achève dans le hall des Folies Bergère, où artistes et spectateurs, qui en redemandent, se trémoussent de concert sur "Stayin' Alive"... 

Sincèrement ? 

N'hésitez pas ! 

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Les commentaires sont fermés.