Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2013

La drolatique et cruelle déliquescence d'un couple "parfait"...

critique la société des loisirs petit théâtre de paris stéphane

Le Petit Théâtre de Paris propose une comédie sacrément grinçante, noire, décapante, mettant à mal l'image d'Epinal du couple d'aujourd'hui. Signée François Archambault, auteur québécois, "La Société des Loisirs" contient des situations, des dialogues aussi cocasses que terrifiants (parce que souvent saisissants de vérité), portés par un quatuor d'excellents interprètes. Il y a du "Virginia Woolf" là-dedans, et ce ne fut pas pour nous déplaire...

Le rideau se lève sur Marie et Marc qui nous exposent leur "bonheur". Un beau mariage, un bon travail, une maison splendide avec piano à queue (même si personne ne sait en jouer) et piscine, un enfant depuis peu, bientôt un second qu'ils ont choisi d'adopter (une petite chinoise qui sera, espèrent-ils, douée pour le piano). Ils ont arrêté de fumer. Ou presque. De Boire. Ou presque... Au milieu de ce ciel sans nuage, Antoine, un ami qui fait tâche, à la vie trop dissolue à leur yeux. Aussi ont-ils décidé de couper les ponts avec lui. L'annonce est pour ce soir. L'alcool coulant à flots,  le dîner va prendre une tournure surprenante et faire craquer un vernis masquant le triste état de la relation des époux "épanouis et comblés", tout comme celui de leurs convives...

critique la société des loisirs petit théâtre de paris stéphane

La direction d'acteurs efficace, mais subtile et nuancée, de Stéphane Hillel permet aux comédiens de dévoiler une appréciable palette de jeu, crédible du rire au drame, et de révéler toute l'épaisseur de la pièce. Un divertissement qui met en évidence les travers d'une société souvent superficielle, berçant l'individu dans une illusion de bonheur, le contraignant à régler  sa vie sur des schémas pré-établis, "marketés",  sans qu'il n'ait véritablement l'occasion de penser à lui.

Incarnant ce couple névrosé, incapable de communiquer, finalement malheureux, à l'activité sexuelle quasiment inexistante, espérant qu'un "plan à trois" réveillera une libido en panne, Christiana Reali et Philippe Caroit sont parfaits. Lui compose avec force et conviction un être faible, sans volonté, assez pathétique, s'accrochant à du vent. Elle, campe une femme de caractère mais résignée, soucieuse des apparences, jusqu'à ce qu'elle n'en puisse vraiment plus et qu'elle craque. Beau travail intérieur qui éclate magistralement dans un second temps. En quadra "s'amusant" avec des gamines de 20 ans, passant comme les autres personnages à côté de l'essentiel, Stéphane Guillon délaisse ses tiques d'humoriste et fait montre d'une justesse remarquable. Enfin  Lison Pennec, sa jeune maîtresse, incarne délicieusement la seule note de fraîcheur et de légèreté de cette comédie à l'atmosphère pesante, il faut bien le dire, mais réussie.

Allez-y.

Attention, ça secoue un peu...

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Photo : Céline Nieszawer

Les commentaires sont fermés.