Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2013

Le délire hilarant des Chiche Capon...

Capture d’écran 2013-11-02 à 10.10.44.png

La dernière fois que nous avions croisé ce trio d'hurluberlus, c'était il y a trois ans, à la Pépinière. Il racontait alors de manière délicieusement approximative, fantaisiste et burlesque, l'histoire de l'Humanité, de Cro Magnon à nos jours. Cela s'appelait " Le Oliver Saint John Goguerty" (ne cherchez pas...), et nos zygomatiques avaient plutôt bien travaillé. Aux Bêliers Parisiens, la troupe compte désormais quatre membres et propose jusqu'en décembre sa nouvelle création, "LA 432", qui cette fois-ci parle musique (sur le papier en tout cas). Soit une série de numéros clownesques encore plus barrés, sans limite ni autocensure, qui déclenchent rires et fous rires une heure quinze durant.

critique les chiche capon béliers parisiens

Ricardo Lo GiudicePatrick de ValetteMatthieu Pillard et Fred Blinont imaginé des personnages irrésistibles et judicieusement complémentaires. Un chef de troupe qui tente en vain d'organiser le foutoir vaguement musical qui nous est donné à voir. Un type lunaire et maladroit à souhait qui démonte les portes au lieu de les ouvrir, met le feu au théâtre, ou traverse la scène à poil pour aller récupérer un costume. Un autre un brin nerveux, à la voix haut perchée, qui castagne le public à grands coups de gourdin. Un quatrième, enfin, à mi-chemin entre l'homme et l'animal, ne semblant pas avoir tous les fils connectés, imprévisible et presque inquiétant, tenu en liberté très surveillée (mais pas assez, méfiez-vous !) par ses acolytes...

La représentation commence par l'annonce de son annulation... Se poursuit avec une poilante et improbable évocation de l'apparition, lors du Big Bang, d'une hypothétique note absolue (le "la 432"), au cours de laquelle le narrateur se prend l'intégralité du système solaire dans la figure. Nombre de genres musicaux subissent ensuite les facétieux outrages de nos quatre bras cassés avant que les plombs du théâtre ne sautent. Entre temps le public a été arrosé, tabassé ou saupoudré de substances plus ou moins définies. Ne dévoilons pas tout...

L'ensemble gagnerait probablement à être un peu resserré mais vous fera assurément passer un excellent moment.

Alors n'hésitez pas.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Commentaires

L'univers impitoyablement drôle des Chiche Capon reste un rendez-vous incontournable dès qu'un spectacle sort ! les revoici, cette fois, en fiers "diapasons" campés dans leurs "personnages" qui n'arrêtent pas de se provoquer, de tenter de nous instruire, de jouer sans cesse et de ne jamais se prendre au sérieux. Ils sont désopilants et tendres, astucieux et poétiques.

Écrit par : Spectatif | 03/11/2013

Les commentaires sont fermés.