Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

Magre, Salviat et Hiegel combattent le racisme "ordinaire" avec le sourire...

critique dramuscules poche montparnasse catherine hiegel judith magre catherine salviat

Pour Judith Magre et son amie Catherine Salviat, qu'elle côtoya de longues années dans la maison de Molière, Catherine Hiegel a choisi trois des neuf "Dramuscules" imaginés en 1988 par l'auteur autrichien Thomas Bernhard, juste avant sa mort. Trois saynètes (agrémentées d'un quizz maison !) aussi désopilantes que terrifiantes de vérité, grinçantes à souhait, dénonçant la xénophobie et le racisme latent des gens "respectables, bien sous tous rapports". Un festival de propos nauséabonds en tailleur Chanel ou robe de chambre La Redoute (pas de barrières sociales pour la bêtise), tenus par deux actrices exceptionnelles,  qui glace le sang et réveille les consciences. "Salutaire", affirme la metteur en scène... Nous confirmons.

critique dramuscules poche montparnasse catherine hiegel judith magre catherine salviat

Bien qu'ayant pour décor une Autriche considérée par le dramaturge comme malade, infectée de son passé fasciste, ces courtes pièces mettent en lumière situations, propos et médiocrité universels. Deux grenouilles de bénitier au sortir de l'église tombant sur un cadavre roulé dans du papier d'emballage (au final "simplement" un paquet d'affiches truffées de croix gammées..."Ouf !"). Deux commères qui médisent au cimetière après la mort d'un villageois renversé par un turc. La femme d'un policier, enfin, proférant les pires horreurs en achevant son repassage...

Incisive, pénétrante, violente, répétitive, obsessionnelle, brute, sans fioriture, des plus efficaces... L'écriture de Thomas Bernhard, qui n'entendait pas produire du beau ou du poétique mais du "vrai", marque les esprits sans attendre, à peine l'a t-on lue ou entendue. Et de cette langue âpre, de ces dialogues ciselés, Magre et Salviat s'emparent avec l'adresse de deux virtuoses des planches. Leurs compositions sont hilarantes. Ce duo, presque clownesque, donne a entendre brillamment l'insupportable pour mieux le condamner. Impressionnant. Nous retiendrons bien sûr ce moment où, seule en scène,  Judith Magre fait monter progressivement en elle une haine de l'autre telle qu'elle en vient à véritablement éructer son dégoût, au terme d'un monologue dont elle sort épuisée. Effrayante et prodigieuse.

critique dramuscules poche montparnasse catherine hiegel judith magre catherine salviat

Entre deux drames minuscules (c'est la contraction de ces deux mots qui fit le titre de l'ouvrage de Bernhard), Catherine Salviat propose aux spectateurs un quizz leur demandant d'attribuer  à des hommes de lettres, philosophes ou politiques du XVIIème à nos jours, une vingtaine de citations toutes plus odieuses et racistes les unes que les autres. A mesure qu'on s'approche de 2013, on finit par perdre toute indulgence envers les auteurs de tels propos, tout sens de l'humour, et sentir un malaise nous envahir... L'exercice secoue, produit son petit effet.

A ne pas manquer.

Au Poche-Montparnasse jusqu'en mars 2014.

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Photos : Pascal Gely

Commentaires

Succulent texte de T. Bernhard. Catherine Salviat et Judith Magre, détonantes. Un très bon temps de théâtre.

Écrit par : Spectatif | 06/12/2013

Les commentaires sont fermés.