Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2013

Valérie Bonneton excelle dans les délires de Mayenburg...

Capture d’écran 2013-12-06 à 10.17.43.png

Au Rond-Point, Frédéric Bélier-Garcia met en scène une pièce absurde et déjantée de l'allemand Marius Von Mayenburg, s'amusant à bousculer les codes du théâtre ainsi que nos schémas de vie d'occidentaux "installés". Un hilarant foutoir, pour le moins épicé, au cours duquel quatre acteurs, dont l'impayable Valérie Bonneton, s'en donnent à coeur joie. Comme un appel à oser, à nous extraire de carcans, de rôles dans lesquels nous ne pouvons toujours pleinement nous épanouir. Absolument pas "prise de tête" et assez jubilatoire.

Capture d’écran 2013-12-06 à 11.32.27.png

Avec "Perplexe", rien d'impossible. les interprètes changent d'emploi en cours de scène. Parfois d'histoire. Le mari de l'une devient le fils des deux autres. L'épouse, jeune fille au pair. La maîtresse de maison, la bonne. l'ami, l'amant. Les dominants, les dominés. les fantasmes réalité. Un personnage philosophe, ou croit philosopher, en arpentant le plateau en tenue d'Adam. On s'adresse au public, on démonte le décor, on cherche en vain le metteur en scène (qui n'est jamais venu). On organise une fête costumée ("Aurore Boréale"...) tournant à la partie fine. Le skieur tombe amoureux de l'élan, sous le regard incrédule et alcoolisé de sa compagne habillée en Eyjafjallajokull (le volcan islandais)...

Difficile, dans ces conditions, de vous narrer l'intrigue, qui déraille à peine le rideau levé. Peu importe, d'ailleurs. Qu'il vous suffise de savoir que cette folie déstructurée et improbable est montée avec une rigueur absolue. Que le travail de Frédéric Bélier Garcia assume et reflète l'audace de la partition sans chercher la surenchère. Que Valérie Bonneton, très à l'aise dans ce registre, emmène brillamment ses partenaires dans l'hystérie, le non sens, le désarroi. Parce qu'ils y croient tous à fond, le spectateur ne se pose pas de question et les suit avec bonheur.  Samir Guesmi campe ainsi un gamin plus vrai que nature. Christophe Paou se révèle aussi irrésistible en élan bisexuel qu'en penseur du dimanche nudiste. Agnès Pontier, enfin, complète heureusement ce quatuor d'allumés. 

Franchement drôle.

Allez-y. 

Réservez vos places en cliquant ci-contre :  commander_100x30_02.gif

Capture d’écran 2013-12-06 à 10.19.40.png

Photos : Brigitte Enguérand

15:41 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.